choisir extracteur de jus

Jamais sans mon extracteur de jus (et comment bien le choisir)

Cela fait maintenant quelques années que l’extracteur de jus fait partie de nos indispensables santé en cuisine et que je ne pourrais plus m’en passer. C’est devenu un rituel quotidien. 

Voilà les quelques raisons pour lesquelles je ne peux que vous en encourager à sauter le pas :

  • Parce que c’est un moyen ludique d’ingérer une grande quantité de fruits mais surtout de légumes, sans même s’en rendre compte ! S’il fallait « manger » ce 1/2 litre de jus rose fuchsia, mon fils aurait du croquer : 3 pommes / 1 betterave rouge / 1 patate douce / du curcuma.

 

choisir extracteur de jus

 

  • Parce que c’est un exercice de pleine conscience, de moment présent. C’est une activité en soi ! Préparer un jus en famille est une activité en soi : choisir les fruits et les légumes, les brosser (on ne les épluche pas pour conserver tous les nutriments), les découper et évidemment, les mettre dans l’extracteur puis deviner la couleur finale !

 

  • Parce que même les intestins fragiles peuvent s’offrir le luxe de consommer du cru. En effet, les jus ne laissent passer que les fibres solubles (plus douces pour la muqueuse intestinale). De quoi se refaire une santé intestinale en douceur. (Ça, c’est la naturopathe en formation qui parle héhé)

 

  • Parce que même le résidu sec des aliments (contenant des fibres insolubles, souvent mieux tolérées cuites) peuvent être récupérées comme base pour faire des galettes de légumes, du carrot cake, de l’okara (résidu sec des amandes) pour préparer des cookies moelleux ou simplement… pour les poules ! #zérodechet

 

  • Parce que ça permet de consommer un maximum de cru et de vivant, y compris pour les tout-petits sous forme de jus, de coulis ou de purée. Idéal pour remplacer la compote de bébé par un coulis poire / banane, sans cuisson (donc sans déperdition de vitamines et de nutriments).

 

Démarrer avec un extracteur

 

J’ai découvert les extracteurs de jus à l’époque où je travaillais pour la marque KitchenAid, vous savez, ces robots pâtissiers à l’allure vintage trop canons ! J’ai adoré cette expérience et c’est là que j’ai commencé à m’intéresser vraiment à la question de la préparation des aliments. J’ai surtout pu expérimenter un matériel de qualité et ça fait toute la différence, tant en terme de préservation des aliments qu’en terme d’usage.

J’ai même eu la chance de tester tous les cuiseurs multifonctions du marché (Thermomix, Magimix, Moulinex…) dans les cuisines d’Alain DUCASSE, à Paris !

Je me suis alors équipée de beau matériel de cuisine : plats en céramiques, poêles en fonte ou en inox (l’homme ne jure d’ailleurs que par cette gamme !), moules à gâteau, bouilloire sifflante (je l’adore) et j’en passe…

C’est là que j’ai craqué pour l’accessoire Extracteur de jus à installer sur le robot artisan. Il coûte environ 150 euros et fait vraiment bien le job quand on se lance dans les jus maison ponctuellement (et qu’on est déjà équipé d’un robot pâtissier de la marque).

 

choisir extracteur de jus

 

Pour un usage plus soutenu comme le mien (2 à 3 jus par jour), j’ai récemment opté pour un « vrai » extracteur de jus. Car je ne suis pas fan des appareils multitâches, peut-être à tort, mais j’ai l’impression qu’à vouloir tout faire, on fait tout à moitié héhé. 

Bien sûr, je n’ai pas testé tous les extracteurs du marché : comme tout le monde, j’ai pioché des infos sur le web, demandé l’avis autour de moi et comparé différentes marques avant d’arrêter mon choix. Je n’ai donc pas la prétention ici de vous faire un comparatif exhaustif, je vous partage simplement mes critères de choix.

A vous de piocher ce qui fait écho, en fonction de votre usage et de vos propres critères. 

 

Pourquoi j’ai choisi un extracteur vertical 

 

Tout d’abord, il faut comprendre les différences de conception entre un extracteur vertical et un extracteur horizontal (explicatif déniché sur le site extracteurdejus.com) :

 

explication_extracteur_vertical

 

explication_extracteur_horizontal

C’est la première question qu’on se pose en général : vertical ou horizontal ? Bien que je trouve le design des extracteurs horizontaux super sympa, je préfère un vertical. Déjà en terme d’encombrement sur le plan de travail mais pas que… :

 

  • L’embouchure où l’on insère les aliments est beaucoup plus large sur un vertical (8 cm), je peux y mettre une orange entière quand je n’ai pas trop le temps pour la découpe. Un horizontal demande de découper en morceaux plus petits car l’embouchure maximum est de 4 cm. De plus, avec le vertical, les aliments sont emmenés sans poussoir par la vis (du fait de la gravité, ils « tombent » naturellement) et je trouve ça beaucoup plus sécure avec les enfants. Pas de tentation d’y mettre le bras ou tout autre ustensile…

 

choisir extracteur de jusextracteur de jus vertical

 

  • Le vertical permet de faire plus facilement des laits végétaux car le peu de jus extrait des oléagineux doit être délayé avec de l’eau pour devenir du « lait ». Le capuchon des modèles verticaux permet donc de retenir les liquides et de brasser le tout en alternant amandes / eau / amandes / eau etc. L’horizontal est quant à lui plus adapté aux jus d’herbes il parait, le vertical demande dans ce cas de « pousser » les herbes jusqu’à la vis. Et le résultat est pour autant très satisfaisant.

 

  • Le balai rotatif du vertical (qui vient frotter la paroi et le tamis) permet d’assurer un auto-nettoyage de la machine entre 2 jus, ça évite de devoir tout nettoyer à chaque fois. Je le remplis d’eau après mon jus, je le fais tourner 30 sec et je vidange. La cuve est rincée pour le prochain jus. Je rince entièrement l’extracteur une fois par jour à l’eau et une fois par semaine, au lave-vaisselle.

 

  • Avec un horizontal, on ne peut glisser qu’un petit verre sous l’extracteur pour récupérer le jus (ou la cuve fournie avec l’appareil mais à l’usage, on se retrouve souvent à faire un jus minute au verre). Avec le vertical, je peux y mettre une jarre de 50cl ou une petite bouteille à emporter.

 

  • Le modèle vertical que j’ai choisi (le Kuvings EVO820) fonctionne à 48 tours / minute. Ce qui le rend silencieux d’une part (mon accessoire KitchenAid réveillait toute la maison le matin…). D’autre part, au-delà de 60 tours / minute, cela échauffe les aliments et commence à dégrader les micro-nutriments, très sensibles à la chaleur. Pour moi, c’est un critère santé non négociable ! La plupart des horizontaux tournent à 70 tr/min voire jusqu’à 150 pour certains. Les verticaux peuvent parfois atteindre les 33 tr/min. Cela en fait en plus une activité méditative !

 

jus de legumes extracteur

 

  • Ce que j’aime sur les Kuvings, c’est la cuve légèrement fumée. Car je suis très fan de betterave et de curcuma, qui teinte tout ce que ça touche et peut vite donner un aspect cra-cra à force…

 

  • La puissance est aussi un critère à prendre en compte. Mon vertical fait 240 Watts, ce qui lui permet de broyer sans difficulté des grains de souchet (très durs, même après trempage). Je vois une nette différence avec mon KitchenAid qui ne broyait pas totalement les ingrédients et je me retrouvais avec beaucoup de « déchets » (les poules étaient contentes !). Avec le Kuvings, je suis assez étonnée par le peu de résidu sec qui reste après un jus. J’ai le sentiment d’obtenir plus de jus avec moins de matière première, trop bien !

 

  • Les accessoires sont aussi à prendre en compte : brosse de nettoyage, livret recette, différents tamis… 

 

  • En terme de budget, que ce soit horizontal ou vertical, un bon extracteur à usage familial se situera entre 300 et 600 euros. Je vous conseille surtout de vous renseigner sur le niveau de garantie (le mien est garanti 10 ans) et sur le service après-vente (celui de Kuvings est basé à Marseille et assuré par la boutique Warmcook, ce qui me rassure carrément, ils sont très accessibles et réactifs sur les réseaux sociaux).

 

Je vous partage un code promo de 10% sur toute la boutique Warmcook : HIPPIE10, cumulable avec les soldes et autres promotions en cours.

 

Quelques règles et astuces

 

  • « Ce que tu peux manger, tu peux le mettre dans l’extracteur » : les pépins de raisins ou de pastèques, c’est ok. Les noyaux d’abricots, non.

 

  • Doser 1/3 fruits et 2/3 de légumes, ici on part généralement avec une base de pommes, d’oranges ou de raisins.

 

  • Par expérience, mixer des aliments d’une même famille de couleur ensemble (vert/jaune, rouge/orange). Sinon, ça donne un jus marron pas ragoûtant et souvent le goût laisse à désirer…

 

  • Ne surtout pas peler les fruits et les légumes, la peau contient plein de nutriments. Il faut simplement les brosser sous l’eau avant de les découper. Seule exception : les oranges et les pamplemousses dont les huiles essentielles présentes dans la peau peuvent être toxiques. Le citron, par contre, je le mets avec la peau.

 

  • Cela semble aller de soi mais… on consomme des aliments bio ! La meilleure option est de s’abonner à un panier bio ou à une AMAP, en direct avec un producteur. Et pour le reste (bocaux, féculents, vrac…), je prends la plupart de mes basiques (pâtes sans gluten, poudre d’ortie, spiruline, noix, graines de chia…) sur le site KAZIDOMI*.

 

  • Faire tremper dans l’eau les oléagineux (amandes, noisettes…) avant de les passer l’extracteur, sans quoi ils sont trop durs.

 

  • S’équiper d’un système de bouteille (ou de bouchon) sous vide pour faire une grande quantité de jus et la conserver au frigo 24/36h, si vraiment impossible de consommer le jus frais. Moi, j’ai pris ce système.

 

choisir extracteur de jus

kit de conservation de jus sous vide

 

  • Rendre la dégustation ludique : une paille en inox et un nom de jus magique (le jus rose Licorne, vert Potion, rouge Sang de dragon,…)

 

  • Ajouter, avant de servir, une bonne huile végétale (mes chouchous sont les huiles Quintesens, basées à Aix aussi), des graines germées, de la poudre d’ortie, de la spiruline, du plasma de Quinton…

 

A la maison, je n’impose rien à mon fils, si ce n’est de boire une grande gorgée de chaque nouveau jus pour goûter. Et quand il aime, il siffle tout le verre ! En tout cas, il affûte son palais. Et on essaie aussi de deviner ce qu’il y a dans le jus quand il n’a pas participé à sa confection.. (Ça marche aussi avec les papas !)

 

Quelques recettes de jus adorés

 

Comme tout le monde, j’ai tenté les mélanges improbables et j’ai souvent raté mes jus (trop de gingembre, trop de mélanges, mauvais dosage…). Du coup, je me suis procurée un petit bouquin Larousse à 10 euros, minimaliste, que je recommande. J’y annote les recettes que je réussis « par hasard » et ça me fait une bonne base !

 

 

Jus rouge

  • 1 Betterave, 3 pommes, 1 patate douce, 3cm curcuma
  • 1 Betterave, 1/4 chou rouge, 3 pommes, 1cm gingembre

 

Jus vert

  • 3 pommes, 1 branche de céléri, 3 poignées d’épinards (ou n’importe quelles feuilles vertes : mâche, chou kale…), 1 rondelle de citron, 1cm gingembre
  • 3 oranges, 1 poignée de roquette, 2 poignées d’épinards, du persil, 3cm de curcuma

 

Jus orange

  • 5 carottes, 1/2 butternut, 2 pommes, 1/2 citron, 1cm de gingembre
  • 2 oranges, 1 pomme, 1/2 citron, 2 carottes
  • 3 pommes, 1/2 chou fleur, 3 cm de curcuma

 

Laits végétaux

  • 100 gr d’amande ou de noisettes ou de souchet (1 petit bol), trempées une nuit dans de l’eau, 1L d’eau minérale.

 

Bref, addicte aux jus qui me permettent de recouvrer la santé progressivement, c’est devenu un rituel indispensable à mon équilibre. Et ça me permet de déculpabiliser quand on se fait un repas crêpes ou raclette ahaha !

 

J’espère que ce petit point détaillé vous éclaire dans le choix de l’extracteur idéal ! Une fois décidé(e), vous pouvez profiter de 10% de réduction avec le code HIPPIE 10 dans ma boutique chouchou Warmcook à retrouver ici.

A vous de jouer !

 

*De 20% à 50% de réduction sur une infinité de produits et de marques connues (alimentaires mais aussi cosmétiques, hygiène, entretien maison etc). Je vous glisse un code promo pour avoir 20 euros de réduction sur votre abonnement : HIPPIE20. L’abonnement annuel fait 80 euros, et si vous ne faites pas au moins 80 euros d’économie, KAZIDOMI vous les rembourse en bon d’achats. Que du bon plan donc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *